Contrer l’isolement chez les aînés

L ’isolement chez les aînés

Selon statistiques Canada, l’isolement chez les aînés affecte plus de 1,4 millions de personnes. Lorsque l’on regarde notre société, nous constatons que plus de 30 % des personnes âgées sont à risque de souffrir d’isolement et ce chiffre est appelé à grimper dans les prochaines années vu notre population vieillissante. Ce chiffre est encore plus alarmant car les études nous démontrent que le peu ou l’absence d’un réseau de soutien social est lié à une augmentation de 60 % du risque de développer une démence ou s’il y a une atteinte cognitive déjà installée, est lié à la progression beaucoup plus vite et importante de celle-ci.

Les facteurs de risques d’isolement chez les aînés

Certains groupe d’aînés sont plus disposés à vivre de l’isolement que d’autres. Afin de mieux contrer et prévenir l’isolement social, on doit comprendre les facteurs de risque s’y rattachant. 

Les aînés avec des atteintes ou des problèmes de santé physique

Tout d’abord, parlons des aînés à mobilité réduite ou qui souffrent de douleurs physiques importantes. Différentes raisons les poussent à s’isoler. Certains sont simplement physiquement incapable de sortir de leur domicile pour poursuivre leurs activités sociales Pour d’autres, ils ont honte de leurs pertes et ne veulent pas être vu en public avec une aide technique comme une canne ou une marchette. Un handicap physique peut grandement nuire à la poursuite de certaines activités. Par exemple, aller au restaurant requiert souvent de pouvoir marcher une certaine distance, pouvoir conduire ou effectuer un transfert pour entrer dans une voiture ou encore pouvoir monter et descendre quelques marches. Il y a très peu d’activités offerts sur une base régulière pour des gens âgées avec des pertes physiques qui sont adaptées à leurs besoins. En conséquence, ils se retrouvent sans réseau social puisque leur ancien n’est plus adapté à leur réalité.

Les aînés avec des atteintes cognitives ou souffrant de maladie mentale. 

Les personnes âgées qui commencent à présenter des pertes cognitives ont eux aussi tendance à s’isoler. Dès les premiers signes d’atteintes cognitives, plusieurs s’isolent par peur que les autres se rendent comptent  de la maladie. D’autres commenceront à démontrer des comportements inappropriés dans leur cercle d’amis ou dans certaines activités qui malheureusement les aliéneront. Finalement, certains continueront leurs activités extérieures mais des événements surviendront qui les pousseront à rester au domicile.

Par exemple: Votre mère commence à souffrir d’Alzheimer. Elle est dans les premiers stades et donc, réside toujours à son domicile. Elle a un rendez-vous hebdomadaire chez son coiffeur depuis des années et donc vous avez confiance qu’elle continuera à s’y rendre sans problèmes. Cependant, au moment de l’un de ses rendez-vous, on vous appelle pour vous mentionner qu’elle est en retard. Trente minutes plus tard, vous recevez un appel de votre mère qui s’est perdue et qu’elle est incapable de retrouver son chemin pour rentrer à la maison. Votre mère est encore apte à rester dans son domicile mais les sorties extérieures sans accompagnement deviennent précaire. Votre mère devient donc confinée à son domicile. 

Les aînés avec un faible revenu

Les personnes âgées avec un revenu plus faibles doivent faire face à des limitation financière quand vient le temps de participer à des activités extérieure. Par peur de manquer d’argent, plusieurs d’entre eux décident donc de rester à la maison et donc se crée un sentiment d’isolement.Très peu de sensibilisation et de programmes communautaires existent pour ces aînés.

Les aînés qui sont eux-mêmes un proche aidant

Avoir un proche qui est en perte d’autonomie et vivre/s’occuper de cette même personne est un travail 24/7. Plusieurs personnes ne réalisent pas la quantité de temps qu’ils investissent auprès de leur proche et conséquemment le peu de temps qu’ils investissent en eux-mêmes. Ils ne participent pas à des rencontres ou des activités car ils ne veulent pas ou ne peuvent pas laisser leur proche seul.

Les aînés ayant perdu un proche

Ici, c’est le processus de deuil qui entre en jeu. Une personne en deuil a tendance à se couper du reste du monde, comportement qui mène souvent à l’isolement et la dépression. Il arrive souvent aussi que lors du décès d’un membre d’un couple, l’autre perd ses repères et cesse de faire des activités. Ces activités qui étaient auparavant partagés perdent leur sens lorsque l’on vient à les faire seul. 

Les aînés autochtones, ceux qui sont de nouveaux immigrants et ceux qui font partie de la communauté LGBT

Les personnes âgées qui font partie de ces catégories subissent souvent l’isolement dû à des différences de mentalité, de langage, de religion ou toute autre barrières sociaux-culturels.

Conséquences de l’isolement chez les aînés

Saviez-vous que l’isolement chez nos aînés est aussi dangereux que l’obésité, l’alcoolisme et le tabagisme? Plusieurs conséquences de l’isolement existent tel que:

    • La dépression
    • Le suicide
    • La mortalité précoce 
    • La perte d’autonomie
    • L’augmentation du risque de maladies chronique (cardiaque ou vasculaire)
    • La dénutrition/perte d’appétit/ perte importante de poids
    • La détérioration rapide des fonctions cognitives et développement de démence
    • L’immunité affaiblie, troubles du sommeil et fatigue excessive

Comment briser l’isolement?

Afin d’éviter les conséquences de l’isolement, il est important de prendre la situation en main.

Voici quelques astuces pour vous aider. Entre autres vous pourriez :

    • Sortir de la maison
    • Mettre en place de bonnes et saines habitudes de vie
    • Élargir votre cercle d’amis
    • Prendre vos centres d’intérêt et les approfondir
    • Avoir une ouverture d’esprit et tenter de nouvelles choses. Qui sait, peut-être découvrirez-vous une nouvelle passion!

Vous vous demandez encore ce que vous pourriez faire ? Voici quelques idées plus concrètes :

Activités de groupe 

    • Groupes de soutien
    • Programmes de répit pour proche aidant soit dans des centres de jour ou même des séjours dans des résidences pour l’être cher afin de vous donner du temps pour vous
    • Bénévolat
    • Association sportive, clubs de loisirs
    • Conférences/ Formations
    • Programmes communautaires
    • Sorties hebdomadaires avec des amis (restaurant, groupe de marche, soirée de jeux de société ou de cartes etc.)

Interventions individuelles :

    • Visiteurs bénévoles à domicile
    • Services d’écoute et de consultation téléphonique
    • Zoothérapie ou avoir un animal de compagnie
    • Suivi d’intervenants/travailleurs
    • En ligne

Que faire si mes capacités sont limités?

Lorsqu’il devient difficile de faire des sorties extérieures pour rejoindre un groupe d’amis ou pour pouvoir effectuer une activité, il est important alors d’amener l’interaction sociale chez soi. 

Chez Physiothérapie S.Mobile nous offrons des interventions de 1 heure afin de donner des soins de qualité et afin de créer un lien de confiance et d’amitié avec nos clients. Dans le cadre de nos interventions, nous voyons parfois nos clients 3 fois par semaine. Cela nous permet de mettre en place la fréquence optimale de traitements pour ces clients mais aussi de leur amener un support social. Ces interventions sont gagnantes autant pour le client qui maintien ses capacités que la famille qui est rassurée d’avoir une présence régulière au domicile de leur parent.

Communiquez avec nous ici pour en apprendre davantage!

 

Finalement, ci-bas vous trouverez une liste de ressources qui pourraient vous être utile afin de vous aider à prévenir et contrer l’isolement. 

Vous pouvez cliquez sur chacun des noms pour en apprendre davantage sur les ressources énumérées.

Ressources dans notre région

Physiothérapie S.MOBILE S.E.N.C.R.L

Société Alzheimer Granby et région

Club FADOQ de Granby

AQDR : Granby

Centre d’action bénévole de Granby

Les Habitations partagées de la Haute-Yamaska HPHY

Le Passant – Maison d’hébergement pour personnes en difficulté de Granby

Autres ressources disponibles au Québec

Les petits frères

Les Sociétés Alzheimer du Canada offrent le programme Premier lien

La Fondation Émergence offre un programme d’information et de sensibilisation aux réalités auxquelles les aîné(e)s lesbiennes, gai(e)s, bisexuel(le)s ou transgenres (LGBT) et les personnes qui travaillent avec eux sont confrontés

 

Sarah Morin – Propriétaire/TRP

 

Références

Keefe, J., Andrew, M., Fancey, P. et Hall, M. (2006). Final Report: A Profile of Social Isolation in Canada.

Eugeria : Combattre l’isolement chez les aînés

Les petits frères : L’isolement des personnes âgées de 75 ans et +

Brunet : La solitude chez la personne âgée : briser l’isolement

Gouvernement du Canada : Rapport sur l’isolement social des aînés

 

 

 

CALL ME
+
Call me!