Gérer les symptômes du Parkinson par la physiothérapie

Gérer les symptômes du Parkinson par la physiothérapie n’est pas toujours la première idée qui nous vient à l’esprit. Dans l’article suivant, nous vous donnons un aperçu de la maladie et nous vous expliquons comment la physiothérapie peut venir en aide à ceux atteints de cette maladie.

Prévalence de la maladie de Parkinson

Présentement, plus de 100 000 personnes sont atteints du Parkinson au Canada et, avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes atteintes doublera d’ici 2040. Ces chiffres sont époustouflants. La maladie de Parkinson est la maladie neurologique qui présente la croissance la plus rapide au monde. [1]

Mieux comprendre la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est caractérisée par la mort de cellules qui produisent des molécules de dopamine. La fonction de cette molécule est primordiale car lorsqu’elle est libérée, elle permet de transmettre de l’information entre les cellules du cerveau qui jouent un rôle important dans le contrôle du mouvement. Par conséquent, une diminution de la dopamine dans le cerveau a une conséquence négative directe sur la fluidité ainsi que notre capacité à effectuer et contrôler les mouvements de notre corps. Dans la plupart des cas, près de 80% des cellules qui génèrent de la dopamine ont cessé de fonctionner au moment du diagnostic. [2]

Quels sont les symptômes visibles?

    • Tremblements au repos

     À différencier des tremblements essentiels. Ceux-ci se produisent plutôt lorsqu’une personne initie une action ou un mouvement. 

    • Rigidité/raideurs
    • Difficulté à initier les mouvements (Akinésie)

     Possibilité de « freezing »/festination. Ceci est souvent observé à la marche mais arrive aussi lors de d’autres activités tel que se lever debout.

    • Ralentissement des mouvements et perte de la dextérité
    • Troubles de la posture

    Souvent les gens ont le tronc et tête penchés vers l’avant avec genoux pliés. [3] 

L’importance de rester actif pour gérer avec les symptômes du Parkinson

Malheureusement, lorsque les cellules qui produisent de la dopamine meurent, il est impossible pour notre corps de les régénérer. Une fois perdues, elles sont perdues à jamais. Il est donc primordial de protéger et conserver les cellules restantes.

Mais comment faire? Tel que mentionné plus haut, ces cellules, par la libération de la dopamine, sont en grande partie responsables de la génération du mouvement dans notre corps. Ce que nous n’avons pas mentionné est qu’en retour, l’activité physique contribue à la santé de ces cellules. En effet, bouger génère la création de dopamine par ces cellules les gardant actives et bien en vie. Vous aurez bien compris que l’inactivité physique résulte à son tour à une diminution de l’activité de ces cellules, et ce que l’on n’utilise pas, malheureusement, on le perd. L’exercice physique est donc le facteur le plus important dans la réduction de la progression de la maladie puisqu’elle permet de préserver ces cellules si précieuses.

Quels sont les types d’exercices à privilégier ?

L’exercice en générale est toujours bénéfique mais pour les gens atteint de la maladie de Parkinson, certains types d’exercices sont à privilégiés.

Il a été prouvé à multiples reprises dans des études sur la maladie de Parkinson que l’entraînement aérobique aura un effet direct sur le ralentissement de la progression de la maladie. [4] Les exercices à haute intensité seront aussi bénéfiques et donc aussi importants que la prise de vos médicaments quotidienne. 

L’entraînement aérobique est une activité d’intensité moyenne que nous pouvons tenir pendant un plus long temps par exemple la marche rapide. 

Vous en serez peut-être surpris, mais la boxe est une activité qui inclus tous ces aspects. La pratique de ce sport par des gens atteints de la maladie de Parkinson a beaucoup été étudiée. Les chercheurs ont remarqué une amélioration immédiate et à long terme de l’équilibre, de la mobilité, de l’endurance et par le fait même de la qualité de vie chez les candidats.[5]

À quelle fréquence les gens atteints de Parkinson devraient-ils bouger?

Vous devriez effectuer des activités d’intensité moyenne à élevée à raison de 5 fois par semaine, d’une durée de 30 à 60 minutes en axant principalement sur des activités aérobique. Il est toutefois important de ne pas négliger les exercices de renforcement, d’équilibre et de flexibilité à inclure 2 fois par semaine afin de maintenir une condition physique générale adéquate et complète. [6] 

Pourquoi gérer les symptômes du Parkinson par la physiothérapie?

La physiothérapie prend une approche fonctionnelle au bien-être de ses clients. En d’autres termes, l’objectif de nos interventions est de s’assurer que la personne continue à être fonctionnelle, dans la mesure du possible, lors des actions, tâches et activités de la vie quotidienne. Par exemple, pour des clients atteints de Parkinson, nous adresserons des situations tels qu’une difficulté à entamer le transfert de « assis à debout », ou encore le « freezing » lors de la marche, des situations qui se produisent régulièrement dans leur vie de tous les jours. Puisque nous nous tenons toujours à jour des développements et différentes recherches dans notre domaine et dans les domaines connexes, nous adaptons constamment notre pratique afin que nos clients puissent en tirer le plus grand bénéfice.  

Plus spécifiquement, la physiothérapie gère les symptômes du Parkinson par :

    • L’amélioration de l’autonomie fonctionnelle
    • Les mouvements de grandes amplitudes dynamiques
    • Des exercices d’agilité et de vitesse
    • L’amélioration posturale
    • La pratique de la marche
    • L’initiation des tâches moteurs et le développement de stratégie « anti-freezing » individualisé
    • Un travail sur la prévention des chutes
    • L’augmentation des automatismes par la répétition dynamique de certaines tâches afin de conserver une mémoire physique procédurale du mouvement
    • En travaillant la double tâche : La double tâche consiste à faire une activité dans laquelle l’attention est divisée. (Ex.: Marcher et parler ou marcher et transporter quelque chose dans ses mains). Ce genre d’activité peut s’avérer très difficile chez les gens atteints de Parkinson. Le cerveau a de la difficulté à diviser l’attention et effectue alors un choix entre les choses qu’il doit faire. Parler et marcher en même temps peut alors s’avérer dangereux puisque la personne peut devenir incapable de se concentrer sur le mouvement moteur de marcher.
    • Des jeux d’équilibre
    • Des étirements pour améliorer la flexibilité et diminuer les raideurs

Un professionnel de la physiothérapie saura bien vous guider pour vous aider à gérer avec les symptômes de la maladie de Parkinson. À la suite de suivis en physiothérapie, le professionnel pourra vous élaborer un plan individualisé d’entraînement à la maison qui vous permettra de rester actif même après son départ. Ce programme pourra être adapté en cours de route selon vos besoins ainsi que selon l’évolution de la maladie. La prévention par l’activité physique encadrée est votre meilleur outil.[7]

Si vous désirez en connaître davantage sur comment nous pouvons vous aider, communiquez avec nous ici.

Sarah Morin Propriétaire/TRP

 

[4] Ahlskog, J. Eric, mayo clinic proceedings, Volume 93, Issue 3, p. 360-372

[5] Combs et.al., 2011

 

 

CALL ME
+
Call me!