Le déconditionnement associé au cancer

Le déconditionnement associé au cancer peut nuire grandement à la qualité de vie de la personne atteinte. L’article suivant a pour but d’adresser comment il se produit et comment la physiothérapie peut vous aider à mieux le gérer.

Origines du déconditionnement associé au cancer

Les traitements du cancer

Tout d’abord, tous les traitements servant à contrer le cancer provoquent une fatigue et une faiblesse générale.

Chirurgicale

Lorsque l’on  subit une chirurgie, il est normal de s’attendre à avoir certaines limitations fonctionnelles ainsi qu’une période de convalescence plus ou moins longue durant laquelle nous demeurons inactifs.

Radiothérapie

« Une étude prospective réalisée dans une population de patients irradiés dans le cadre d’un cancer du sein gauche a retrouvé des anomalies minimes de la perfusion myocardique chez plus de 50 % des patientes traitées. De plus, 1 à 5 % des patients irradiés au niveau thoracique et recevant ou non une chimiothérapie présentent une diminution mesurable de leur capacité ventilatoire.  Ces effets indésirables de l’irradiation sur le cœur et les poumons pourraient être un des facteurs responsables de l’intolérance à l’exercice, en réduisant la capacité de diffusion pulmonaire et de transfert du sang vers les tissus périphériques, et finalement la délivrance de l’oxygène aux muscles utilisateurs. » [1]

Chimiothérapie

« Que ce soit par voie orale ou par voie intraveineuse, les chimiothérapies sont associées à des complications cardiovasculaires à court ou long termes. » [2]  De plus, la limitation des fonctions du cœur seraient potentiellement liées à une diminution de la tolérance à l’effort physique.

Hormonothérapie

Ce type de traitement est souvent utilisé lorsque le patient est atteint d’un cancer du sein ou de la prostate. Il peut provoquer une altération des fonctions musculosquelettiques, notamment, une diminution importante de la masse musculaire et osseuse. D’autre part, l’hormonothérapie peut venir limiter la distribution de l’oxygène dans les tissus du corps.

Fatigue et déconditionnement associé au cancer

Selon le «National Comprehensive Cancer Network (NCCN)», les patients doivent gérer avec « un sentiment inhabituel et persistant de fatigue liée au cancer ou aux traitements anticancéreux qui interfère avec le fonctionnement habituel de la personne. » La fatigue est le symptôme le plus fréquemment ressenti (chez 25 à 100 % des patients selon le type de cancer). [3] Il s’agit d’un des symptômes les plus éprouvants. Entre autres, elle influence l’humeur, elle nuit aux interactions sociales et elle modifie les capacités fonctionnelles de la personne atteinte. Une fluctuation constante des capacités génère une diminution de l’activité physique, provoquant ainsi un déconditionnement, qui à son tour, entraîne une importante fatigue.

Altération des fonctions musculosquelettiques

Dans plusieurs cas, les personnes atteintes par le cancer subissent une perte importante de poids. Celle-ci s’accompagne généralement d’une diminution de la masse musculaire. Conséquemment, il est fort possible qu’il y est aussi une réduction de l’oxygénation des tissus musculaires, ce qui causerait une restriction de l’endurance à l’effort.

Altération des fonctions cardio-respiratoires

Tout d’abord, le VO2 est la quantité maximale d’oxygène que l’organisme peut consommer par unité de temps lors d’un exercice maximal.

Les valeurs de VO2 baissent approximativement de 30 % au cours de la maladie, comparativement à des sujets sains appariés en âge. [4] De plus, au cours d’une étude récente,[5] on confirme que chez des patientes atteintes de cancer du sein, les valeurs de VO2 sont inférieures de 17 % aux valeurs mesurées chez des femmes en bonne santé appariées en âge, et de 25 % inférieures lorsqu’elles bénéficient d’un traitement adjuvant.

Concrètement, une baisse du VO2 se traduit donc par une diminution des fonctions cardio-respiratoires, ce qui apporte une réduction de l’endurance à l’effort. De cela peut découler des problématiques au niveau du cœur et de ses propriétés musculaires.

Il est alors possible de confirmer qu’une diminution des fonctions cardiaques entraîne une diminution de l’activité physique et donc un déconditionnement général.

Traitement du déconditionnement 

En résumé, la plupart des gens subissent un déconditionnement lorsqu’ils sont atteint d’un cancer. Il est alors important de déterminer de quelle façon vous pouvez le limiter. La physiothérapie peut vous aider.

Pourquoi choisir la physiothérapie pour contrer le déconditionnement associé au cancer? Car, la physiothérapie « est une science de la santé dont le rôle est de vous permettre de retrouver le maximum de vos capacités physiques afin que vous puissiez réaliser vos activités quotidiennes, accomplir un travail, pratiquer un loisir ou un sport, et ce, en fonction de votre condition et de votre potentiel de récupération. Elle favorise ainsi votre autonomie tout en vous permettant de rester actif dans votre vie personnelle et sociale. » [6] 

Les avantages reliés à la pratique de l’activité physique lors d’un déconditionnement associé au cancer inclus entre autres:

    •  Diminution de la fatigue
    •  Meilleur sommeil
    •  Sentir plus énergique
    •  Régulation de l’humeur
    •  Augmenter la force musculaire
    •  Préserver la santé des os
    •  Maintenir une bonne santé cardiaque

 

La physiothérapie peut jouer un rôle important en vous guidant, entre autres, dans les types d’exercices que vous choisirez.  Pour terminer, vous trouverez donc, ci-dessous, des exercices qui peuvent favoriser une meilleure santé et sentiment de bien-être. Pour un programme plus adapté à vos besoins spécifiques, nous vous suggérons d’entrer en communication avec un professionnel de la physiothérapie.

Exercices de renforcement ou exercices en résistance

    • Ce sont des exercices qui serviront à développer les fonctions musculaires de votre corps
    • Exercices avec des séries, des répétitions et divers objets pour avoir une résistance et/ou du poids
    • À faire idéalement 2 fois par semaine

 

physiotherapiesmobile-blogue-deconditionnementcancer-renforcement.png

Exercices aérobics ou exercices d’endurance 

    • Ce sont des exercices qui serviront à développer vos capacités cardio-respiratoires 
    • Exercices d’aérobie d’intensités variables qui accélère le rythme cardiaque et la respiration
    • À faire idéalement  30 minutes par jour de 3 à 5 fois par semaine

 

physiotherapiesmobile-blogue-deconditionnementcancer-endurance.png

Exercices d’étirements 

    • Ce sont des exercices d’assouplissement qui serviront à gagner de l’amplitude articulaire
    • Exercices de flexibilité avec un temps de maintien et des séries
    • À faire idéalement 2 à 3 fois par semaine

 

physiotherapiesmobile-blogue-deconditionnementcancer-etirements.png

Exercices de proprioception 

    • Ce sont des exercices qui serviront à maintenir et à développer votre équilibre
    • Exercices de stabilité sur un ou deux pieds, avec des séries et un temps de maintien
    • À faire idéalement 2 fois par semaine

 

physiotherapiesmobile-blogue-deconditionnementcancer-propriception

 

 

Brenda Du Sault, TRP

 

 

[2] Jones LW, Haykowsky MJ, Swartz JJ, Douglas PS, Mackey JR. Early breast cancer therapy and cardiovascular injury. J Am Coll Cardiol. 2007b Oct 9;50(15):1435-41

[3] Neil SE, Klika RJ, Garland SJ, McKenzie DC, Campbell KL. Cardiorespiratory and neuromuscular deconditioning in fatigued and non-fatigued breast cancer survivors. Support Care Cancer. 2013 Mar;21(3):873-8

[4] Jones LW, Eves ND, Mackey JR, Peddle CJ, Haykowsky M, Joy AA, et al. Safety and feasibility of cardiopulmonary exercise testing in patients with advanced cancer. Lung Cancer. 2007a Feb;55(2):225-32

[5] Peel AB, Thomas SM, Dittus K, Jones LW, Lakoski SG. Cardiorespiratory fitness in breast cancer patients: a call for normative values. J Am Heart Assoc. 2014;3(1):e000432

 

CALL ME
+
Call me!