Mieux comprendre le diabète de type II

L’organisation mondiale de la santé définit le diabète comme:

« une maladie chronique qui survient lorsque le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou lorsque l’organisme n’est pas capable d’utiliser efficacement l’insuline qu’il produit »

Sans insuline, notre corps ne peut absorber les sucres des aliments pour les transformer en source d’énergie. Chez les personnes âgées, le diabète cause un risque de chute beaucoup plus élevé. Il est estimé qu’environ 39% des personnes âgées diabétiques sont des «chuteurs». La cause? Les complications liées au diabète incluent: des troubles de visions, de l’hypotension et la diminution de la condition physique.

Qui est visé?

Il existe 2 types de diabète, type I et type II. 90% des gens atteints souffrent du diabète de type II et c’est donc celui-ci que nous adresserons dans ce blogue. Généralement le diabète de type II est une maladie qui se développe à l’âge adulte (40 ans et +) Plusieurs facteurs contribuent au développement de ce diabète. Entre autres, le manque d’activité physique régulier, les mauvaises habitudes alimentaires, un surplus de poids, l’hypertension artérielle et l’hérédité sont tous des éléments à considérer.

Une note importante pour nos personnes âgées

Le diabète touche entre 12-25% des personnes âgées de 65 ans et plus. Chez cette population, le diabète est beaucoup plus difficile à déceler que chez l’adulte puisque les symptômes sont souvent confondus aux pertes physiques et cognitives liés au vieillissement. Il est donc important d’investiguer un peu plus loin lorsque votre parent ou conjoint commence à présenter des signes d’une perte d’autonomie afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas du développement du diabète. Une intervention efficace et rapide aura une incidence sur la qualité et la durée de vie de la personne atteinte. Les principaux facteurs à surveiller sont les troubles à la marche, la dénutrition, les troubles d’équilibre, l’ostéoporose, les chutes à répétition, les troubles anxieux et dépressifs, les infections urinaires et les troubles de la vision. 

Prévention

Voici les recommandations offertes par le site du gouvernement du Canada pour la prévention du développement du diabète de type II:

      1. Maintien d’un poids santé
      2. Une alimentation saine
      3. De l’activité physique régulier
      4. Ne pas fumer
      5. Diminution du stress

1. Maintenir un poids santé

Le poids santé est généralement déterminé par notre indice de masse corporel (IMC). L’«IMC» est le rapport entre votre poids et votre taille. Plus votre «IMC» est élevé, plus vous avez des risques de développer des maladies chroniques tel que le diabète. Attention! L’«IMC» est un outil qui aide à déterminer si vous êtes à votre poids santé mais il ne prend pas en considération votre morphologie et votre âge. Il est toujours préférable de consulter un professionnel de la santé afin de s’assurer d’avoir l’heure juste.

La notion du «maintien» d’un poids santé est aussi très importante. Nous voulons éviter d’infliger à notre corps un effet «yo-yo» qui est souvent le résultat de régimes malsains ou de mauvaises habitudes alimentaires. La prise et perte de poids à répétition rends le maintien d’un poids santé très difficile. Nous vous recommandons donc de vous référer à des professionnels de la santé qui vous aideront à mettre en place un programme de nutrition et d’exercice qui répondra à vos besoins. 

2. Alimentation saine

Il est important de bien varier votre alimentation. Le guide alimentaire canadien peut être un bon point de départ, mais nous croyons qu’il est plus bénéfique de consulter un/une nutritionniste. Ceux-ci peuvent déterminer avec vous les portions adéquates selon votre morphologie et vos besoins ainsi que les aliments à privilégier dans votre quotidien. Pour les personnes âgées, l’appétit et les besoins en termes d’alimentation varient beaucoup et donc l’appui et le suivi d’un professionnel en nutrition est d’autant plus intéressant. Celui-ci peut bâtir un menu afin de s’assurer que la personne reçoit tous les nutriments nécessaires selon ses habitudes alimentaires.

3. Activité physique régulier 

La pratique d’une activité physique régulière est de mise pour tous les âges. 

Chaque personne devrait faire 30 minutes d’activité physique par jour. Il est bien de diversifier vos activités afin de faire travailler votre corps et vos muscles de différentes façons. Trouvez des activités que vous aimez effectuer. Des activités de groupes peuvent être une bonne façon de vous motiver et créer une communauté où vous trouverez encouragements et support.

Selon les recommandations, une personne âgée de 65 ans et plus devrait faire 150 minutes d’activité physique «modérée à intense» par semaine. Afin que l’activité physique soit considérée comme «modéré à intense» la personne doit sentir qu’elle transpire un peu et que sa respiration s’accélère.

Par exemple

M Tremblay prend une marche quotidienne de 30 minutes. Afin d’atteindre les recommandations citées ci-haut, il fera l’exercice suivant 5 fois durant la semaine. Lors de ses marches, il accélérera le pas pendant 3 minutes puis reprendra son rythme normal. Il effectuera ceci 5 fois pendant sa marche.

Veuillez noter que l’activité physique peut prendre différentes formes. Il existe bien entendu les formes plus habituelles d’activité physique tel que la marche et l’exercice avec des poids. Cependant, considérez que cela peut aussi être aussi simple que de mettre plus d’efforts lors des tâches ménagères ou de l’entretien extérieur de la maison.Un professionnel de la physiothérapie pourra encadrer et accompagner des personnes qui ont des problématiques spécifiques en leur suggérant des exercices adaptés à leurs capacités et leurs besoins. 

4. Fumer

Selon le site de «Québec Sans Tabac»:

« Plus une personne fume, plus elle risque de développer le diabète. La probabilité de développer le diabète de type 2 est d’ailleurs deux fois plus grande chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Aussi, fumer augmente le risque de complications du diabète et diminue la sensibilité du corps à l’insuline.»

Il va donc de soi que pour prévenir le diabète de type II on doit cesser de fumer et éviter la fumée secondaire.

5. Éviter le stress

Afin d’avoir une meilleure gestion de votre stress, assurez-vous de bien connaître ce qui le déclenche et comment l’adresser. Un sommeil réparateur, de l’exercice physique régulier et une hygiène de vie adéquate sont tous des facteurs qui contribuent grandement à une meilleure gestion du stress. N’hésitez pas à aller consulter un professionnel de la santé qui pourra vous référer vers d’autres ressources si nécessaire.

Traitement

Éducation

Tout traitement de maladie commence par l’éducation. Si vous êtes atteint de diabète, nous vous encourageons à vous renseigner sur votre condition et les différentes ressources qui vous sont disponibles. Sachez que certaines personnes atteintes du diabète de type II peuvent réussir à contrôler leur taux de glycémie en changeant tout simplement leurs habitudes de vie. Une bonne voie à considérer si on désire éviter la médication!

Physiothérapie et diabète

Plusieurs diabétiques souffrent de surpoids, de problèmes cardio-vasculaires et de problèmes articulaires. Les professionnels de la physiothérapie sont adéquatement outillés pour adresser ces problématiques. Suite à une évaluation, ils vous prescriront des exercices qui sont sécuritaires, efficaces et adaptés à vos besoins.

Médication

Dans certains cas, de l’exercice et une alimentation saine n’est pas suffisant pour gérer cette affectation. Votre médecin pourrait donc aussi vous prescrire des médicaments qui vous aideront à stabiliser votre niveau de glycémie.

 

Sarah Morin/Propriétaire TRP

CALL ME
+
Call me!